Morgère

Morgère

Morgère – Les panneaux ont la cote

Malgré la crise du covid-19, Morgère a repris toutes ses activités depuis deux semaines. Et le travail ne manque pas.

D’après son directeur Michel Dagorn, l’entreprise est en sous-effectif et cherche activement à recruter pour ses sites de Saint-Malo et de Saint-Brieuc.

« Nous avons mis en place des protocoles sanitaires au sein de l’entreprise, des horaires décalés, la désinfection systématique des outils et des locaux… autant de mesures nécessaires qui impactent légèrement notre productivité mais nous sommes pleinement opérationnels. Du boulot il y en a et on a besoin de techniciens soudeurs et chaudronniers, » précise-t-il.

Scottish trawler Endeavour IV has been using Morgère doors for many years – and now tows a pair of Ospreys / Le chalutier écossais Endeavour IV utilise les panneaux Morgère depuis de nombreuses années - et traîne maintenant une paire d’Osprey.

« Nous répondons à des commandes d’avant le confinement mais, avec la reprise de la pêche et des activités de nos clients, nous retrouvons un régime normal et enregistrons des commandes tant pour d’anciens modèles que nos nouveaux panneaux Exocet et Osprey. »

Le nouvel Exocet a été redessiné par François Charrayre, directeur R&D de Morgère, avec de nouveaux volets qui permettent de gagner en puissance d’écartement tout en réduisant la taille des panneaux pour consommer moins de gasoil. Avec son profil en V, trois volets et une conception en tôle Hardox®, l’Exocet est un panneau démersal à la fois très performant et très polyvalent.

Using high-grade Hardox steel is a factor in boosting trawl door efficiency / L'utilisation d'acier Hardox® de haute qualité contribue à l’amélioration de l'efficacité des panneaux de chalut

« L’Osprey est un panneau complètement différent, conçu tout en hauteur. On travaille de tous petits angles d’attaque, inférieurs à 30 degrés, avec moins de résistance. Cela permet de diminuer les besoins de puissance de traction et d’économiser de 7 à 10 % de gasoil.  Cela génère aussi moins de pollution et améliore le bilan carbone des chalutiers. Moins de longueur de semelle cela signifie aussi moins d’usure, ce qui dans le temps rend ces panneaux beaucoup plus économiques que les anciennes générations, » affirme Michel Dagorn.

Il ajoute que ces deux nouveaux modèles, lancés l’année dernière, prennent peu à peu leur place sur le marché.

R&D director François Charrayre with Michel Dagorn and a twin-rig clump / François Charrayre, directeur de la R&D et Michel Dagorn avec des clumps pour chalut jumeaux

« Comme l’ensemble de nos produits, ils sont adaptés à tous types de chalutiers, » souligne-t-il.

« Au salon Itechmer l’année dernière, ils ont suscité l’intérêt de nombreux pêcheurs du sud de la France. Tous ont réalisé des économies de gasoil substantielles, constaté que les moteurs forçaient moins et un impact positif sur les volumes capturés.

Nous estimons pouvoir convaincre 20 à 30 % de nos clients à passer à ce type de panneaux d’ici trois ans, tant en France qu’à l’export où nous réalisons près de la moitié de notre chiffre d’affaires. »

Il indique que selon les zones de pêche, on est amené à changer les panneaux tous les ans comme en Islande ou tous les 10 ans comme en Méditerranée.

« Ce qui compte, c’est d’être à la pointe de la technologie. Aujourd’hui les pêcheurs attendent plus d’efficacité et de polyvalence pour répondre aux enjeux écologiques et économiques du secteur. Nous cherchons toujours à leur offrir ce qu’il y a de meilleur, » assure-t-il.

Exocet trawl doors have been a hit with the French fleet / Les panneaux de chalut Exocet sont un véritable succès auprès de la flotte française

A l’origine forge marine fondée en 1902 par Louis-Alexandre Morgère, la société est restée dans le giron familial jusqu’à son rachat en 2008 par le groupe familial Gagneraud et est aujourd’hui dirigée par Michel Dagorn. En plus des panneaux de chaluts, Morgère fournit des clumps, des aéroplanes et divers équipements pour la pêche et a développé son activité de réparation navale.

« Nous sommes présents au port du Légué à Saint-Brieuc où nous avons développé depuis trois ans une activité essentiellement axée sur la réparation navale de tous types de navires. Nous y avons 250 m2 d’ateliers et réalisons des travaux d’entretien et de réparation pour les navires de pêche et à passagers ainsi que les travaux sur les panneaux de chalut. L’activité monte en puissance au Légué encouragée par les services du port qui facilitent l’accès aux navires et souhaitent y développer la réparation navale, » explique-t-il, précisant que ces services d’entretien et de réparation représentent environ 25% du chiffre d’affaires de la société.

Le directeur de Morgère, Michel Dagorn

Reactivation de Reverse

Parallèlement au développement des panneaux Exocet et Osprey, Morgere réactive le programme Reverse qui vise à proposer un nouveau panneau semi-pélagique innovant optimisé et décollé du fond. En partie financé par le FEAMP, dans le cadre de la mesure 39, et par France Filière Pêche, le projet est mené en partenariat avec Ifremer, le Comité national des pêches (CNPMEM) et l’ENSTA Bretagne.

« Dans la continuité d’Osprey nous avons conçu un nouveau panneau décollé du fond dont la première phase d’essai réalisée en Corse au chalut simple a montré son efficacité : sans frottement sur les fonds, la consommation de carburant est considérablement réduite et il n’y a pas d’usure des panneaux, » explique Michel Dagorn. « Ils ont les mêmes performances d’écartement que les autres panneaux mais sans impact sur les fonds marins. On espère des gains de l’ordre de 10% d’économie de carburant selon les panneaux habituellement utilisés et des économies supplémentaires puisqu’il n’y a plus d’usure de semelles. »’

« Cette solution répond au souhait des professionnels de mieux préserver l’environnement marin et élimine proprement l’impact des panneaux sur les fonds. Les prochains tests devraient avoir lieu à nouveau en Méditerranée à bord de chalutiers sétois cette fois avec deux chaluts. Nous espérons finaliser avant la fin de l’été pour lancer rapidement la commercialisation. »